Publié par : Jacques Boulogne | 21 juillet 2008

Fête de Schoelcher

Rendez-vous sur la plage de Madiana à 8 heures précises. A l’occasion de la fête patronale de Schoelcher nous allons assurer des initiations. Soyez nombreux, pensez à nos bras !

Publié par : Jacques Boulogne | 21 juillet 2008

Le saviez-vous ?

Le site Youmoulikou, c’est :

55 articles publiés jusqu’à ce jour

plus de 300 images en ligne.

Jusqu’à 150 visites par jour.

Jusqu’à 1500 visites sur les mois d’avril et de mai.

4694 visites depuis janvier.

Publié par : Jacques Boulogne | 12 juillet 2008

Hommes et femmes qui participent au projet


Aidez-moi, s’il-vous plaît –
Je vous ai oublié ? Je n’ai pas dit grand chose sur vous ?

Pas de panique ce n’est qu’un regrettable oubli et je m’en excuse d’avance. Laissez votre nom, prénom et quelques mots sur vous, vos occupations,votre motivation. Cela m’aidera à rédiger un petit mot sur vous. mlboulogne@wanadoo.fr

Concernant les photos, je les introduis petit à petit, en fonction de leur mise au format, patientez si vous n’apparaissez pas encore, ce sera peut-être pour ce soir.

Marcel RAPON, écrivain, poète, notre Ouboutou Grand Gourou. Il est l’organisateur. Celui qui a rendu possible le projet. Il est en mouvement constant. Il travaille tout le temps et mange peu.
Sa qualité majeure : Son sens aigü des responsabilités.

Benoît BERARD,

Archéologue. Maître de conférence en archéologie précolombienne à l’Université Antilles-Guyane. A l’origine du projet Ioumoulikou.

Thierry L’ETANG, Anthropologue -Rédacteur en chef de la revue les Cahiers du Patrimoine- Il est aussi notre maître barreur dans le cadre du projet.

Il est l’ouboutou (le capitaine) du Morne amérindien, c’est à dire la partie amérindienne du programme de Karisko. Il fait régulièrement de petites interventions qui rappellent l’âme

culturelle du projet. Sur lui rôde l’esprit du lambi.
Ses qualités majeure : ambition-rigueur.

Jean-Paul SULTAN, Vice-président de l’association Karisko. Il chouchoute les pirogues, les a rendues étanches, les a poncées, vernies… A amoureusement ciselé les pagaies. Sans lui tout serait à l’eau (dans le sens propre comme figuré.)

A mon avis sa qualité majeure : Un sens de l’observation très aiguisé.

Marie-Line MOURIESSE-BOULOGNE, Ethnologue et professeur d’histoire-géographie. Rédige un ouvrage sur l’héritage amérindien et c’est dans cette mesure qu’elle s’est intéressée au projet Ioumoulikou. S’occupe des textes du blog Kariskokanawa.com..
*

-Ph

Sonia TOURVILLE, Designer. photo ci-dessous-(troisième personne en partant de la gauche).

Jacques BOULOGNEDirecteur artistique- S’occupe dans le cadre du projet de la partie conception graphique du blog.
Sa qualité majeure : sa volonté d’apprendre continuellement.


Marlène HOSPICEAnthropologue- Participe au projet dans le cadre de son intérêt pour le sujet.
Sa qualité majeure : Sa ténacité.

JAY GRIMNER, né aux USA, professeur de français dans un collège catholique (Convent High School) et à l’Alliance française.. . Il habite en Dominique depuis 27 ans. Il fait de la musique et du théatre. Il est membre du Comite qui organise le Carnaval.
Chargé des relations Dominique-Martinique, dans le cadre du projet Ioumoulikou.
Sa qualité majeure : Une grande ouverture aux autres.

Karl GLAUDON

Marine CHAIXEtudiante en communication. S’occupe de la communication du projet Ioumoulikou durant l’année 2007-2008
Sa qualité majeure : son perfectionnisme.

Myriam BARTHELEMY : ¨Professseur d’espagnol- Animatrice sportive-
Sa qualité majeure : sa spontanéité et son énergie.

Eric LIGNONAmoureux d’aviron et de sports en mer.
Sa qualité majeure : un sens aigü du travail en équipe.

Mathieu VERDIER– Travaille dans la restauration.
Sa qualité majeure : son sens de l’entraide et sa douceur, sa disponibilité. Est à l’écoute des autres et prêt à vous aider si vous êtes en difficultés.

Nicolas PIERREL– Musicologue.

Murielle MARIE-MAGDELEINEProfesseur de sport au Lycée de Croix Rivail.
Sa qualité majeure : sa persévérance. (photo ci-contre faite par Maria R).

Mickaëlle MAVINGA –

Secrétaire de l’association- Elle nous envoie les nombreux mails que nous recevons pour nous signaler entraînements et réunions. La qualité que je lui reconnais : le sérieux.

Edward SMYTH- Etudiant de français-Projet Erasmus-
Sa qualité majeure : Sa bonne humeur (et son corps musclé)

Natalia Schulz- Etudiante en français. Née au Kazakhstan- Sa mission : émotions fortes à tout prix. A emmené sa famille de passage à la Martinique devinez où ? Sur les pitons du Carbet. Sa famille a dévoré du lichen et s’est égratignée, agrippée aux contreforts….Natalia a dû reconnaître que cette petite aventure était un peu risquée pour ses pauvres parents.
Leçon qu’elle en tire après réflexion : elle veut retourner (mais sans sa famille).
Sa qualité à mon avis : Ne pas avoir froid aux yeux. (Elle ne risque pas de s’affoler devant les petites vagues du canal). Doit être à coup sûr de bonne compagnie en cas de coup dur car la panique n’est pas son truc.

Michel TANASI – Naturaliste, Biogéographe travaillant à l’Office National de Forêts. Au cours de son parcours, ce baroudeur a développé des relations intimes avec le milieu naturel des petites Antilles et plus singulièrement de la Martinique. Il a ainsi marché sur les traces des anciens chroniqueurs de l’île aussi bien sur le terrain que dans les textes. Son admiration et son respect pour le monde amérindien sont liés à leur relation symbiotique avec le milieu naturel, leur capacité à occuper et à utiliser ces espaces en minimisant sa destructuration sans propension à la spéculation ou à l’appropriation.

Il garde encore et toujours une grande fascination de ses fréquentes immersions en forêt. Il regrette que nos prédécesseurs n’aient pu recueillir et transmettre davantage d’informations sur les relations complexes tissées par les Amérindiens avec leur milieu, probablement à cause d’un certain mépris ou méconnaissance de ces peuples dits « sauvages ».

Sa participation à ce projet s’inscrit donc dans la continuité de ses relations avec son île, et ses premiers habitants, tout en constituant une expérience initiatique : Une autre façon d’appréhender son rapport au monde insulaire, à la manière des êtres premiers.
La qualité que je lui reconnais : Détermination et énergie
La qualité que je lui reconnais : Calme et énergie.

Françoise ROSE-ROSETTE– Vétérinaire- présidente honoraire de l’association Karisko, vétérinaire commandant sapeur pompier volontaire, conseillère régionale, chevalier de la légion d’honneur… Il s’agit d’une intellectuelle dynamique- Les qualités que je lui reconnais : Son dynamisme et sa bonne humeur.

Tobias LEISTENSCHNEIDER, 24 ans, étudiant Erasmus en francais et en
maths à l’université Albert-Ludwigs de Fribourg (dans la région de Breisgau) Allemagne.
Il fait un semestre d’échange dans le cadre ERASMUS à l’U.A.G à
Schoelcher (Martinique). (j’ai 24 ans)
Ses motivations pour le projet Ioumoulicou sont d’abord le
caractère unique de cette idée, en plus de faire quelque chose d’ exceptionnel
que peu de gens font..de plus le côté historique.
Il apprécie aussi le défi, le challenge physique et aussi psychique de

la traversée.
Sa qualité : Aime communiquer. Le plus sympathique des allemands que je connaisse.

Fellner REINHARDT- Etudiant en informatique, né en Autriche.

La qualité que je lui reconnais : la générosité.

Maria Neubauer, Photographe.

24 ans, autrichienne. La photographie est une de ses passions plus grandes depuis longtemps.
Elle a terminé une formation de photographie à l’académie de photographie d’art a Graz/Autriche il y a quelques années et maintenant elle fait des études des langues. En ce moment elle fais quelques cours au Campus de Schoelcher.
Hors de la photographie, ses autres passions sont surtout les sports comme l’équitation, le ski de fond, le snowboard et le mountainbike.
En Autriche elle vit dans un très joli petit village dans les montagnes près des pistes de ski. Elle fait des études à Graz, une ville au Sud de l’Autriche.
En ce qui concerne la photographie, elle a fait quelques expositions en Autriche et une exposition a Palerme en Sicile. Elle aime surtout de faire des portraits- ce qui lui permet de présenter les personnes comme qu’elle voit. Pour elle une photo d’une personne est réussie si on peut imaginer sur la photo sa beauté intérieure et son rayonnement. Mais elle aime aussi faire les photos de la nature, surtout ici à la Martinique.

Si tu veux voir autres photographies que j’ai fait dans les derniers ans, tu peux les voir sur la page:
http://www.fotocommunity.de/pc/account/myprofile/526268 (et puis cliquer sur Fotos von Maria N.)

La qualité que je lui reconnais : la modestie.

ALONCLE Jean-Baptiste

Michel JORITE– 51 ans, travaille à la Préfecture de la Région Martinique depuis septembre 2002. Il a . vécu pendant 26 ans en métropole. Ses loisirs sont le sport : ( randonnée, natation en mer), le cinéma et le bricolage. Il pratique la course à pied depuis l’âge de 12 ans, il a participé à la course du souvenir qui a lieu avant Noël, de St-Pierre à Fort-de-France. Pendant son séjour en France métropolitaine. Il a été champion du 400m du département des Yvelines 2 années de suite, du 4x400m et du 200m. Ensuite il a poursuivi la compétition dans la course de demi-fond et fond en passant par des 10km, des semis-marathon et un marathon celui de Paris. Il a reçu de nombreuses médailles et coupes.

Sa qualité majeure : sa force et son énergie.

Henri GROS-DESORMEAUXProfesseur de sport – C’est notre ouboutou sportif.
Sa qualité majeure : Le sérieux. On peut compter sur lui pour mener à bien un projet.

Rony MATEHAU : Militaire d’origine polynésienne- Fait de la de pirogue à balancier en polynésie. Nous a aidé dans notre acquisition de la technique pour ramer en rythme, pour prendre les vagues en surfant dessus.
Sa qualité majeure : son charisme. Rony en impose par sa seule présence.

Patrick DOYE : Originaire du Pas de Calais . Moniteur de sports et vice président du club sportif de la gendarmerie . Il encadre une section de musculation et de foot et du rugby. Il a également obtenu mon monitorat canyon ici. Il aime s’investir dans l’organisation et le défi du Grand Challenge de la Dominique tombe bien pour lui. Il a parcouru la Martinique en long et large par le biais des raids ( canyon, tchimbé raid et le raid manikou). En plus il aime l’histoire alors s’il peut concilier le sport et l’histoire il est partant… Enfin il aime les activités de groupe et là avec le groupe qui s’est formé il pense qu’on peut faire beaucoup de choses. (merci -ndlr)
La qualité que je lui reconnais : Son professionnalisme- Ce qu’il fait, il le fait avec discipline et sérieux. Vous lui confiez un entraînement ? Vous pouvez être sûr qu’il est entre de bonnes mains et que vous allez suer !

Laurent EDMOND – Professeur de sport- Président de la ligue de kayaks de la Martinique.
Sa qualité majeure : Son sens de la technique sportive.

Yveline TAMBY– Vice-présidente de l’association karisko-Responsable de la restauration-
A voyagé en Inde et a vécu en France. Aime la cuisine indienne. Elle est notre Tamby Potter (La preuve Voldemor a fait une cicatrice sur son front). C »est notre sorcière-bien-aimée qui nous accueille avec des repas qui magiquement arrivent au bon moment.

Sa qualité majeure : le sérieux avec lequel elle exerce son rôle (la cuisine) au sein de l’association.

Solange MONTLOUIS-FELICITE– Trésorière de l’association Karisko. Toujours présente et souriante pour nous accueillir après les entraînements ioumoulikou .
Qualité : son enthousiasme.

Denise DUCART-Professeur des écoles.
Sa qualité majeure : sa gentillesse.

Félix VERT-PRE– Ancien boxeur, a perdu la vue lors d’un combat. De retour en Martinique il fonde l’association Agir sans voir. C’est une personne dynamique, ouverte qui participe à tout.
Sa qualité majeure : Son sens de l’effort.

Gérard LAGUERRE– Membre de l’association Karisko.
Conseiller d’entreprise à la CCIM

Participer à karisko , c’est donner un peu de temps et d’énergie, d’apporter mes compétences et mon réseau relationnel à un projet apolitique qui concerne non seulement la Martinique mais aussi l’ensemble du bassin Caribéen. Participer à Karisko c’est aussi prendre une part active à la réalisation d’un projet collectif.


Marc MARIE-MAGDELEINE

DenioseDD-

Katarina SCHULTZ– Etudiante de français- Projet Erasmus-

Denise GROS-DESORMEAUX

Raphaël FLERIN


——————————–

* Dommage.

Publié par : Jacques Boulogne | 8 juillet 2008

Entraînement du dimanche 6 juillet 2008

Beau temps- Mer calme.

Madiana (Schoelcher). Nous devions participer à la fête patronale de Schoelcher, mais cette fête se déroulera finalement le 27 juillet. Nous nous sommes entraînés, donc, comme à l’accoutumée.

Présentation par l’archéologue Benoît Bérard de l’itinéraire des prochains challenge en kanawa pour 2009. Benoît commente sa carte des Antilles . Les images de futures aventures se dessinent, comme une chasse au trésor.

Rêves d’enfance. Tous se mêlent sur la carte étalée là , à même le sable : Caraïbes, flibustiers, pirates, boucaniers, cimarrons. Récits sur Calico Jack et Mary Read , Ann Bonny, Black Bart… dansant avec les vagues, trinquant avec la vie, sablier en tête car la mort rôde . Oriflammes d’os, de sabres, de crânes et une volonté féroce d’explorer nos mers. On s’y croit déjà, sur leurs traces, battant pavillon noir dans la Caraïbe…

L’équipe longe le sentier littoral (via la batterie de Schoelcher) à la rencontre du kanawa qui mouille dans la rade de Schoelcher. Chemin qui nous laisse encore entre les bras de notre histoire, les canons de la batterie rappellent qu’elle n’est pas si loin : on sent encore l’odeur de la poudre, on entend les détonations des Miquelets. Les explorateurs de karisko sont là pour rappeler que l’esprit de liberté n’a pas besoin de Libertalia, que l’histoire est encore récente et avec une légère brèche dans le temps, elle devient présente-.

On se lance à l’abordage de notre kanawa à partir du quai de Schoelcher. Il faut d’abord s’occuper de lui car il a trop bu dans la nuit. On commence donc par écoper avant d’embarquer.

Cap vers Fort-de-France, on vire à la pointe de la Vierge, augmentant le rythme sur le retour, le courant est propice. Benoît scande le rythme et Thierry L’Etang est à la barre. L’entraînement nous semble difficile : de nombreux pagayeurs sont des nouveaux qui n’ont pas assez d’endurance pour le moment. La charge se porte donc sur les cannibales aguerris, burinés par les nombreuses heures au soleil à pagayer.

Halage laborieux du kanawa. Il laisse son corps trop lourd s’écraser sur le sable. Pas de doute la nuit a été arrosée . Nous avons du mal à le déplacer.

Décision est prise de le retourner afin d’effectuer des réparations sur sa coque.

Vers 13 heures nous nous retrouvons sous l’ajoupa de Maugée sur la plage des Abîmes.

Ti-nains et tripes . Poulet grillé.(adan kalbas)

Sieste dans les hamacs de Maugée pour certains.

Nous retrouvons d’autres membres du bureau de karisko et d’autres équipiers. Echanges dans l’après-midi : pawols folles, pawoles drôles, pawoles douces, pawoles en chè…

Marie-Line

Publié par : Jacques Boulogne | 7 juillet 2008

Départ étudiants allemands-Vendredi 4 juillet

Tobias LEISTENSCHNEIDER,  Evelyn ROSAR et Katarina SCHULTZ

sont retournés ce vendredi vers l’Allemagne.

Nous les avons accompagnés à l’aéroport. Ils n’étaient pas au courant de cette initiative et c’est avec émotion qu’ils ont trouvé le groupe de Karisko qui les attendait à leur arrivée.

Publié par : Jacques Boulogne | 19 juin 2008

Entraînement du 14 juin 2008

Départ tardif lié au manque de bras pour naviguer sur le kanawa. Finalement, on effectue notre sortie sous la conduite de Henri et de Thierry à 14 équipiers environ (Henri Gros-Désormeaux, Thierry L’Etang, Eric Lignon, Jean-Paul Sultan, Myriam Barthélémy, Mathieu Verdier, Muriel Marie-Magdeleine, Marlène Hospice, Denise Gros Désormeaux, Raphaël etc…)

Cap à l’est vers Fort-de-France, face au vent. Laborieux pour les bras qui souffrent du manque de lest (la ligne de flottaison est trop haute) et d’équipiers. On passe sous le terminal de croisière et on fait une petite pause à la Française.
Petit tour pour admirer le Malecon et rencontre insolite avec deux russes venus plonger sur le deck foyalais.

Finalement retour avec le vent et Eric qui nous a un peu entraînés avec des petites pointes de vitesse.

Halage du monstre sur le sable avec le 4X4 de Jean-Paul et de nos bras.
Douche traditionnelle avec rinçage des gilets et pagaies.

Affolement général sans madame Tamby, finalement venue de son mari qui arrive comme le Messie car nous sommes assoiffés et affamés. Muriel fait le service. Repas sous le kiosque.
L’entraînement se termine vers 16 heures.

Publié par : Jacques Boulogne | 9 juin 2008

Diaporama

Publié par : Jacques Boulogne | 9 juin 2008

Drôles de Dames

MURIELLE- MYRIAM –MARIE-LINE

Il s’agit de :

Muriel Marie-Magdeleine,

Myriam Barthélémy,

Marie-Line Mouriesse-Boulogne.

Leur mission ?

Pagayer sans cailler sans s’encailler.(sans s’encanailler)

Leurs points communs ?

Elles sont toutes les trois des professeurs de lycée et de collège.

Elles aiment le sport.

Murielle : . Gymnaste à la base et pratique tous les sports qui lui tombent sous la main : Fitness, aérobic, vélo, randonnée, escalade, spéléo, canyoning, gommier, yole…

Myriam Le sport qu’elle a pratiqué le plus pendant de très nombreuses années est l’aviron et ce depuis l’âge de 12ans . Elle a eu l’occasion de participer à son premier championnat de France à l’age de 13ans à Aiguebelette en Savoie et ensuite elle n’a pas cessé de pratiquer ce sport en club et en UNSS. Ell a participé aux championnats de France en Mante la Jolie, médaille de bronze (probablement 1992). Puis, lorsque qu’elle est entrée à l’université elle avait en charge l’entranement d’un 8 féminin, dans lequel elle ramait et le groupe a gagné la coupe de France des Universités avec ce type d’embarcation à Soustons (40). Elle passe des diplômes dans la discipline et obtient un diplôme de moniteur et éducateur fédéral d’aviron. Puis , le décès de son entraîneur l’a quelque peu éloignée de cette discipline. Elle pratique alors la natation et obtient un BNSSA. Elle est amatrice de sports, elle essaye la spéléologie, le canyonning, le parapente , le rafting, le VTT, le ski alpin, la randonnée… bref de nombreux sports de sensation.

Marie-Line : Pratique du ju-jitsu et du Yoga. A aussi pratiqué le tennis, le judo, la planche à voile, la plongée sous-marine, les randonnées pédestres et équestres.

Elles ont l’endurance, la ténacité et ont toutes les trois effectué la traversée du canal de la Dominique non stop.

De gauche à droite : Marie-Line, Myriam, Murielle. Habitation Beauséjour-Chez Mr De Lucy

Elles ont entre 32 et 42 ans :

Myriam est née le 7 septembre 1976 à  » l’Union » (haute Garonne).(32 ans)

Murielle est née le 11 mai 1967 au François en Martinique (41 ans)

Marie-Line est née le 18 janvier 1966 à Schoelcher (Martinique) (42 ans)



Elles ont toutes été embauchées par …. Marcel Rapon (leur « Bosley »).

Mais elles travaillent pour leur invisible Marlène (Leur Charlie).

Elles ont voyagé :

Murielle :Dans les Antilles : Sainte Lucie, Marie – Galante, guadeloupe, Dominique, Vénézuela, Margarita, saint Martin, Barbade….Sinon Congo, Taillande, Reunion, Ile Maurice, France, espagne, Italie……..

Myriam : Son premier grand voyage a été le Mexique en 2000, Cuba, en République Dominicaine (2 fois), au Vénézuéla, en Guyane, Surinam, frontière du Brésil, Barbade, Guadeloupe, St Martin, Guadeloupe, Marie Galante, Ste Lucie, Dominique, Maroc (2fois), Espagne, Italie, Angleterre….

Marie-Line : Espagne, Canada, Burkina-Faso (Afrique), dans la Caraïbe : Guadeloupe (St Martin, Désirade, les Saintes, Marie-Galante,) Sainte-Lucie, Dominique etc…


Publié par : Jacques Boulogne | 9 juin 2008

Entraînement du Samedi 7 juin 2008

Rendez-vous au bord de mer de Californie (Lamentin), dans le cadre de la journée inter-entreprises de l’association « Gommiers et traditions ».

Un site particulier, entre nature et constructions humaines, vagin de la baie, mangrove, vestige des temps anciens où les lamantins devaient nager en se frayant un passage parmi les flamands roses.

Là l’homme, avec ses verges de cheminées, ses avions qui viennent se planter dans son ventre, tente de L’impressionner. Il a essuyé ses sales pattes sur elle. Mais les moules de palétuviers s’enchâssent encore dans les piliers du quai, les cémafautes creusent encore leurs trous, les crabes végétariens courent encore sur les branches des palétuviers…

La houle molle caresse le sable boueux, on y trouve les désirs des hommes de rallier avec Elle, ceux de la tradition, ceux qui sentent dans leur pouls le tambour et dans leurs oreilles le souffle des coquillages. Ceux qui mêlent encore leurs rires au vent et le vent à leurs rêves.

Gommiers et kanawa caressent ses berges. On est là comme suspendus à un espace qui n’a plus de temps et à un temps qui se fond dans l’espace. On pagaye, nos muscles raidis. On n’est plus que bêtes, plus que muscles, soleil et vent, eau et sel.

Tour de fond de baie, avancée dans la Lézarde qui ne se laisse pas pénétrer car sa boue s’offre à nous comme un rempart. On vire devant le bout de piste de l’aéroport et on rejoint Californie. Thierry propose d’aller à Gros-Ilet. Les bras manquent, on sait que le périple sera coûteux en énergie. Il renonce. Harry, son fils apprend à barrer avec le père, ainsi ont probablement fait d’autres caraïbes avant lui, peut-être à cet endroit même il y a peut-être trois, quatre siècles.

L’entraînement se termine autour d’une table car Patrick Petitot nous invite à partager leur repas. On se sépare vers 15 heures 30.

Etaient présents : Henri Gros-Desormeaux, Gérard Gros-Désormeaux, Marlène Hospice, Muriel Marie-Magdeleine, Marcel Rapon, Thierry L’Etang, Harry L’Etang, Jean-Paul Sultan, Eric Lignon, Myriam Barthélémy, Mathieu verdier, Karl Glaudon, Samuel, Raphaël, Denise,Madame Tamby, et moi.

Si votre nom est incomplet ou que je vous ai oublié, signalez-le moi par mail : mlboulogne@wanadoo.fr

Publié par : Jacques Boulogne | 6 juin 2008

Photos en vrac

Older Posts »

Catégories

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.