Publié par : Jacques Boulogne | 8 juillet 2008

Entraînement du dimanche 6 juillet 2008

Beau temps- Mer calme.

Madiana (Schoelcher). Nous devions participer à la fête patronale de Schoelcher, mais cette fête se déroulera finalement le 27 juillet. Nous nous sommes entraînés, donc, comme à l’accoutumée.

Présentation par l’archéologue Benoît Bérard de l’itinéraire des prochains challenge en kanawa pour 2009. Benoît commente sa carte des Antilles . Les images de futures aventures se dessinent, comme une chasse au trésor.

Rêves d’enfance. Tous se mêlent sur la carte étalée là , à même le sable : Caraïbes, flibustiers, pirates, boucaniers, cimarrons. Récits sur Calico Jack et Mary Read , Ann Bonny, Black Bart… dansant avec les vagues, trinquant avec la vie, sablier en tête car la mort rôde . Oriflammes d’os, de sabres, de crânes et une volonté féroce d’explorer nos mers. On s’y croit déjà, sur leurs traces, battant pavillon noir dans la Caraïbe…

L’équipe longe le sentier littoral (via la batterie de Schoelcher) à la rencontre du kanawa qui mouille dans la rade de Schoelcher. Chemin qui nous laisse encore entre les bras de notre histoire, les canons de la batterie rappellent qu’elle n’est pas si loin : on sent encore l’odeur de la poudre, on entend les détonations des Miquelets. Les explorateurs de karisko sont là pour rappeler que l’esprit de liberté n’a pas besoin de Libertalia, que l’histoire est encore récente et avec une légère brèche dans le temps, elle devient présente-.

On se lance à l’abordage de notre kanawa à partir du quai de Schoelcher. Il faut d’abord s’occuper de lui car il a trop bu dans la nuit. On commence donc par écoper avant d’embarquer.

Cap vers Fort-de-France, on vire à la pointe de la Vierge, augmentant le rythme sur le retour, le courant est propice. Benoît scande le rythme et Thierry L’Etang est à la barre. L’entraînement nous semble difficile : de nombreux pagayeurs sont des nouveaux qui n’ont pas assez d’endurance pour le moment. La charge se porte donc sur les cannibales aguerris, burinés par les nombreuses heures au soleil à pagayer.

Halage laborieux du kanawa. Il laisse son corps trop lourd s’écraser sur le sable. Pas de doute la nuit a été arrosée . Nous avons du mal à le déplacer.

Décision est prise de le retourner afin d’effectuer des réparations sur sa coque.

Vers 13 heures nous nous retrouvons sous l’ajoupa de Maugée sur la plage des Abîmes.

Ti-nains et tripes . Poulet grillé.(adan kalbas)

Sieste dans les hamacs de Maugée pour certains.

Nous retrouvons d’autres membres du bureau de karisko et d’autres équipiers. Echanges dans l’après-midi : pawols folles, pawoles drôles, pawoles douces, pawoles en chè…

Marie-Line

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :