Publié par : Jacques Boulogne | 19 avril 2008

Samedi 19 avril 2008 / J-13  »

Temps pluvieux puis beau. Mer calme – Marée basse.

Quelques uns d’entre nous sont massés avant l’entraînement.

Entraînement : Direction nord. Départ Les Abymes.

Le but est de pénétrer le plus possible dans le canal.

L’échauffement est réalisé par Patrick Doye. Après un footing sur la plage, il nous fait faire des exercices.

Quand c’est Patrick, pas de quartier. Parcours du combattant avec des chambres à air lestées de sable.

Après cet échauffement on était prêts à débarquer direct en Dominique sans même passer les formalités de douane, à l’amérindienne, en boat-people, comme vous voulez.

Henri Gros-Désormeaux est notre ouboutou-navigation, Thierry notre ouboutou-barreur.

On commence notre remontée du nord, Anse Belleville, Anse Céron, Trou Athanase, On passe l’îlet la Perle, on le prend à babord cette fois. Lorsque l’on atteint l’Anse Couleuvre et l’Anse Lévrier le vent de l’Atlantique se fait sentir et nous donne les premiers creux.

C’est la Martinique du vide, celle où il n’y a pas de maisons, pas de cases, pas de pont pour fendre le paysage. C’est celle où l’on pourrait tourner Jurassic Parc.

Les creux se font plus marqués face à l’Anse Des Galets.

Lorsque l’on franchit le Cap St Martin , Grand-Rivière est en vue. Elle est, vue de la mer un petit coin de vie blotti entre sa falaise, bravant l’Atlantique.

Thierry commence une remontée vers le canal, puis vire. Des creux de deux mètres se font sentir à cet endroit. La remontée est difficile, d’autant qu’elle s’amorce sous un grain qui augmente la puissance du vent.

Certains équipiers s’agitent. La mer se calme peu à peu à mesure que l’on s’éloigne de l’Atlantique.

Des randonneurs sont sur la plage de l’Anse Dufour, Myriam les remarque, ils semblent regarder le kanawa. Ce n’est pas certain car le kanawa se voit très peu, surtout lorsqu’il y a des creux.

Lorsque l’on passe La perle ses contreforts sont dénudés par la marée basse. Elle laisse voir sa jupe de varechs accrochée à ses hanches.

La remontée est à la fois facile, car la mer est calme dès le Cap Saint Martin franchi et difficile car nous sommes à contre-courant. Il y a des signes de fatigue. Rien de plus normal après avoir parcouru au moins 10 miles nautiques en 4 heures.

Au retour, des baigneurs nous regardent, de la plage de l’Anse Céron. Sans doute se demandent-ils dans quelle catégorie mettre ces fous-furieux, passionnés ou inconscients ? dérangés ou aventuriers ? Ou peut-être tout à la fois .

Vers 14 heures, nous ramenons le kanawa sur la plage. Nos laissons nos dernières forces aux Abymes. Myriam conduit les étirements. Le matériel est lavé et remis en place (gilets, pagaies…).

Nous goûtons aux plaisir du massage entre les mains de Raphaël, de Denise…

« Au Coin » de Maugée et Félix on mange le poisson, ti-nains et légumes de Madame Tamby. On palabre sur nos exploits, on envisage nos limites, on rêve un peu.

Présents : Marcel Rapon, Benoît Bérard, Henri Gros Désormeaux, Gérard Gros-Désormeaux, , Rony Matéhau, Thierry L’Etang, Marlène Hospice, Mathieu Verdier, Adam Adrien, Muriel Marie-Magdeleine, Myriam Barthélémy, Eric Lignon, Michel Jorite, Michel Tanasi, Félix vert-Pré, Marine Chaix, Marie-Line Boulogne, Katarina Schultz, Natalia Schulz, Reinhard Fellner, Tobias Lestenschneider, Edward Smith, Yveline.

(Si je vous ai oublié, envoyez-moi un mail).

Et Madame Tamby, Denise Ducat.

Kinésithérapeuthes : Raphaël

Article de M.L Boulogne

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :