Publié par : Jacques Boulogne | 16 avril 2008

Samedi 12 avril 2008

Photo Maria R.

Rendez-vous pris à 8 h 30  » au coin » dans le quartier des Abymes à Schoelcher.

Sous l’ajoupa de Maugée Litré et Hamel Félix, les équipements sont préparés, les recommandations d’usage exposées. Henri Gros-Désormeaux affecte les équipiers sur les bancs. Le souffle de la brise de terre du matin envoie au large nos salutations, nos rires et nos rêves. Ioumoulikou laisse sa trace sur le sable noir des Abymes et nous partons à nouveau ramer.

Le bâteau de Maugée sera aujourd’hui notre bâteau-suiveur. Les opérations sont effectuées avec soin et « Miracle » roule sur les rondins et grage le sable à son tour. Le temps qu’il effectue sa sortie, Ioumouilikou a déjà dépassé les Abymes, le trou Athanase, l’Anse Belleville et l’Anse Céron et est à la droite de l’îlet La Perle lorsque le bâteau suiveur me largue dans le kanawa.

La houle commence à se faire plus creuse à cet endroit, d’ailleurs c’est un lieu connu des surfeurs . D’Ici on voit les vagues se jeter furieusement sur la plage dont on distingue à peine le sable, les embruns remontent le long des falaises. J’imagine le Black Pearl ici, ses revenants sortant leurs mains squelettiques. On doit effectuer des manaouvres dans les vagues, virer, s’entraîner dans la mer démontée.

Ici, la Caraïbe rencontre l’Atlantique et les mers se mêlent dans un assaut fougueux. Il faut ramer en bravant la houle. Nous avons pénétré le canal.

Photo Maria R. (Thierry sur la photo).

Décision est prise par Thierry d’effectuer un demi-tour. Nous retournons vers les Abymes, la mer est plus calme sur cette côte.

Nous terminons l’entraînement avec des exercices de dessalage. A deux reprises nous coulons Ioumoulikou qui ne sombre pas. Nous savons que notre kanawa flotte correctement. Henri profite pour organiser le ramassage des pagaies en cas de dessalage. Nous remettons à flot notre embarcation et nous écopons.

Photos Maria R.

Un ordre est donné de rejoindre la plage à la nage; C’est un exercice intéressant car je me rend compte que le gilet de sauvetage remonte trop vers la tête. Patrick Doye nous en avait parlé. Il faut fixer correctement le gilet au niveau de la taille. Ce n’est pas très pratique de nager avec.

Il nous est ensuite demandé de rejoindre le kanawa.

Nous nous prêtons à un deuxième exercice : Il s’agit de tester la technique la plus adaptée pour virer rapidement et sans trop d’efforts.

– Exercice où babord et tribord rament, les ouboutous talonnent.

– Exercice où Babord rame uniquement, et les ouboutous talonnent.

– Exercice où les deux ouboutous effectuent les manoeuvres de talonnage seuls.

Résultat : La seconde technique est la plus rapide mais aussi coûte beaucoup d’efforts. (2 minutes 15 ?)

Marc Marie-Magdeleine propose une autre option. Nous allons sans doute tenter cet essai la fois prochaine.

Nous avons parcouru environ 5 miles nautiques.

Cet entraînement était très riche en enseignements.

Au retour, Madame Tamby nous accueille comme d’habitude mais aussi avec l’aide de Maugée et Félix avec un repas chaud : tripes et dombrés avec ti-nains, poisson et légumes.

Etaient présents (équipiers et ouboutous navigation):Henri Gros-Désormeaux, Eric Lignon, Thierry L’Etang, Marc Marie-Magdeleine, Nicolas Pierrel, Michel Tanasi, Michel Jorite, Karl Glaudon, Edward Smith, Tobias Lestenschneider. , Fellner, Natalia Schulz, Katharina Schultz, Marlène Hospice, Marie-Line Boulogne…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :