Publié par : Jacques Boulogne | 22 mars 2008

samedi 22 mars 2008 : La traversée Madiana-Sainte-Luce

Le rendez-vous est fixé à 6 heures du matin. Dès 5 h 30, les Boulogne (nous) sont sur place avec Marine et Mathieu qu’ils sont passés chercher. Karl Glaudon arrive juste après. Puis le groupe se met en place à l’heure prévue.


Marcel confie à Marie-Line Boulogne l’échauffement des Karib Sea Warriors pendant qu’il organise le départ (pagaies et gilets de sauvetage sont mis à la disposition des équipiers. La composition des pirogues est fixée en fonction des poids.

La première pirogue barrée par Thierry L’Etang est conduite par Rony Matéhau.

La deuxième pirogue est barrée par Napoléon Sanford et conduite par Henri Gros-Désormeaux.

Les pirogues naviguent au départ côte-à-côte puis se séparent, celle barrée par Thierry L’Etang prend la direction de l’Anse Noire alors que la pirogue barrée par Napoléon Sanford prend la direction du Cap Salomon en ligne directe.
Pagayer au large avec la force des courants contribue à épuiser la 2ème pirogue qui parviendra à joindre le Diamant avec difficultés.

La première pirogue arrive à Sainte-Luce en 7 heures 15 minutes de rame et sans étapes.
Il s’agit d’un véritable exploit.
Le passage du Rocher du Diamant a été de loin le plus éprouvant. Des creux de 2 à 4 mètres et un courant fort qui nous poussait vers le morne Larcher nous a coûté 2 heures uniquement sur pour cette partie de notre Challenge.

A Sainte-Luce Madame Tamby nous attendait. Nous avons pris le notre déjeuner vers 16 h 30. En sirotant le punch et la bière chacun raconte son vécu de l’ aventure. Félix Vert-Pré souhaitait aller jusqu’au bout et a été déçu de cet échec.

Les autres se promettent d’être sur la pirogue du lendemain.

Une réunion a eu lieu pour décider si nous partions à deux pirogues ou si nous ferons le retour avec une seule pirogue.
Le repas du soir est servi.
Finalement décision est prise de retourner avec une seule, la seconde étant remorquée.

Les équipiers se massent mutuellement. Les dos endoloris, les épaules crispées se relaxent.
On se douche et se prépare pour la nuit après de longues discussions et avoir eu plaisir à découvrir l’autre.
.
Certains ont prévu de passer la nuit dans des hamacs, d’autres dans des sacs de couchage.
La nuit est longue, la mer caresse la plage laissant voir ses ondulations à la lueur de la pleine lune.
Une fête généreuse laisse éclater ses décibels au loin.
Le petit-déjeuner est servi. Marcel conduit les opérations. On part illico-presto après le premier service de petit déjeuner.

Au retour, nous avons pris 5 heures pour effectuer le même trajet, nous avons dans un premier temps longé la côté et fait un léger ralentissement près de l’Anse Dufour.
La traversée de la baie nous a paru interminable. Il a fallu lutter contre un courant qui nous déportait vers le large. Thierry L’Etang a barré comme un professionnel aux dires de Benoît Bérard.
Nous étions si fatigués que lorsque nous avons touché terre nous nous sommes tous penchés ce qui a fait beaucoup d’eau de mer pénétrer dans Acayouman.
Nous avons dû écoper avant de mettre au repos la bête.


Notre Challenge a été suivi par le repas traditionnel assuré par Madame Tamby.
Couis, crabes et piments au rendez-vous.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :