Publié par : Jacques Boulogne | 9 mars 2008

« Nous traversons la baie ». Samedi 8 mars 2008

dsc_0146-copie.jpg

Beau temps- Vent fort.
Etaient présents :

Marcel Rapon , Henri Gros-Desormeaux, Jean-Paul Sultan, Myriam Barthélémy, Murielle Marie-Magdeleine, Eric Lignon, Mathieu Verdier, Marc Marie-Magdeleine, Tobias, Smyth Edward, Katarina Schulz, Karl Glaudon, Max Gros-Désormeaux, Michel Jorite, Patrick Doye, Felix Vert-Pré, , Les jeunes de Sainte-Marie, François Bonny(leur professeur), Marie-Line Boulogne…
La designer présente en début de matinée.
Thierry L’Etang absent excusé, puis présent en fin de matinée.

On échange des gants et Marcel Rapon insite pour que tous aient de l’eau pour éviter la déshydratation en mer.
Nous prenons du temps pour démarrer les opérations car il s’agit d’organiser le kanawa. Notre barreur est absent. Finalement Jean-Paul Sultan sera notre ouboutou-barreur et Henri Gros-Désormeaux notre ouboutou-navigation.

Echauffement assuré par Marie-Line Boulogne.

Les jeunes de Sainte-Marie sont échauffés par leur professeur François Bonny.

Le kanawa est mis à l’eau et les jeunes de Sainte-Marie intégrés à la pirogue des cannibales.
Nous effectuons une première sortie avec les jeunes qui se termine à 11h 30. Puis nous effectuons une seconde, comprenant les cannibales uniquement.

Nous partons direction pointe de la Vierge. Nous traversons la baie presque en son centre et nous virons face à Fort-de-France.
Au retour barrer est très difficile car nous sommes poussés par le courant.
Nous avons du mal à diriger l’embarcation. Après quelques corrections de direction, nous rejoignons la plage de Madiana vers 13 heures.
Madame Tamby est au rendez-vous, toujours à son poste avec des petits-plats mijotés pour nos cannibales affamés.
Patrick assure les étirements après l’entraînement.

Thierry nous rejoint après avoir fait une conférence dans le cadre de la Journée de la Femme.
L’entraînement se termine, avec convivialité autour de notre repas.
Nous avons la visite de Lucinda, de Solange Montlouis-Félicité, Denise Ducart.
On évoque sous le carbet notre désir d’être maquillés et habillés à l’amérindienne, certains proposent une traversée entièrement nus. Thierry propose que nous soyons entièrement épilés. J’imagine aisément certaines parties fragiles au contact avec le bois rugueux de la pirogue… Avis aux amateurs !

Marie-Line Boulogne

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :