Publié par : Jacques Boulogne | 1 mars 2008

« La confrérie des Kanawa ». Samedi 1er mars

dsc_0111-1024x768.jpg
Beau temps.

Etaient présents : les habitués: Marcel Rapon, Thierry L’Etang, Jean-Paul Sultan, Eric Lignon, Mathieu Verdier, Myriam Barthélémy (que nous avons récupéré aux Trois-Ilets), Max Gros-Désormeaux, Michel Jorite, Nicolas Pierrel, Muriel Marie-Magdeleine, Marie-Line Boulogne.
Nous avons eu aussi avec nous un groupe de la marine nationale en poste au Fort-Saint-Louis.
Et les nouveaux : Lindor Jean-Michel de la réserve opérationnelle de la Martinique (33ème RIMA), Katarina Schultz, Smyth Edward, Jean-Baptiste Aloncle, Karine Pimenta…
Nous avons eu la visite de Bonarde Ludovic (cabinet du Préfet).
Un peu plus tard nous ont rejoint : Marie-Josèphe Marie-Luce, Solange Montlouis Félicité, Denise Ducart, Madame Tamby …

L’échauffement des équipiers est assuré par Muriel Marie-Magdeleine.
Dans le bâteau suiveur : Marine, Jean-Paul Sultan,
Le projet du jour est la traversée de la baie de Fort-de-France. Notre ouboutou « navigation » est Henri Gros-Désormeaux.
Après une heure quarante cinq d’efforts à contre-courant, nous joignons la plage du Méridien.

Thierry L’Etang fait une intervention sur les kanawa, (un mâle, une femelle) et sur
la signification du terme toponymique de « Madinina ». Il nous dit qu’il s’agit en fait de l’île sans pères », autrement dit une île habitée de femmes, les fils étant destinés à suivre leur père ou à mourir, les femmes restaient seules dans l’île. Il évoque aussi le terme amérindien de l’île Joanacaira, île aux iguanes.

Après son exposé, avec Marcel Rapon , Thierry effectue l’intégration des nouveaux arrivants sous la forme d’un rite de passage. Les anciens forment une colonne, tenant verticalement leurs pagaies. Chaque nouvel initié doit remonter cette colonne en recevant une fessée de chaque ancien. Cette épreuve que les nouveaux ont passé avec succès nous permet de recevoir dans la confrérie des Kanawa les équipiers suivants :
– Ludovic Delhomme
– Marie Redon
– Laurence Maurin
– Blanc Emmanuel
– Karine Pimenta
– Natalia Schulz
– Katarina Schultz
– Edward Smyth
– Dominique Guardenti

Le retour s’effectue beaucoup plus rapidement car nous avons le vent-arrière. C’est Tierry L’Etang notre ethnologue-barreur qui souffre car il est difficile de barrer lorsque le courant est dans ce sens.
En une heure nous rejoignons la plage de Madiana.

Madame Tamby nous attend avec le repas. Nous déjeunons ensemble.

Marie-Line Boulogne

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :