Publié par : Jacques Boulogne | 20 février 2008

« on n’est pas des poules mouillées ». Le 20 Février 2008

L’adage du jour : Cannibales paka joué épi manicou.
Et : Fok ou respecté sé-mové esprits-là

Marine est à son poste, armée de son bic et de sa patience, guettant les présents :
Eric Lignon, Jean-Paul Sultan, Myriam Barthélemy,, Thierry L’étang, Michel Jorite, Nicolas Pierrel, Patrick Doye, Mathieu Verdier, Carl Glaudon ( ?), Edward Smyth
Carine, Katharina Tobias.Leistenschneider…

Le Groupe des jeunes de Sainte-Marie, leur professeur.

Jean-Paul me montre les pagaies qu’il a ciselé dans la pure tradition des Maîtres-Es-Ciseleurs.
Il a allégé une pagaie et me la tend car mon bras droit étant resté « bèkèkè konkomb’ sans grain-n »depuis l’épisode du kayak, il a Espécialman pensé à moi.(les handicapés ont des avantages).

En chamane initié Thierry transmet les rituels propitiatoires : il faut chasser les mauvais esprits.

Il nous dit de mettre sur la pirogue une branche de basilic. On peut aussi chasser les mauvais esprits en écrasant le basilic sur son corps et en jetant la feuille derrière son dos.
Je décide de chasser le mauvais esprit qui siège dans mon bras droit depuis mercredi. J’écrase sur le bras.
Thierry nous offre des caramboles.

On doit essuyer un grain – On est nombreux- On se protège comme on peut.
D’autres bravent la pluie : « on n’est pas des poules mouillées ».
Je suis blottie sous ma serviette. J’assume-je veux être une poule sèche-
Selon Myriam il nous faut la pluie pour…, « nous fouetter ». J’ai remarqué qu’elle a un côté sado-maso très développé.

On fait le footing « à la Myriam » c’est-à-dire Pas de quartier pour les touloulous qui traînent sur la plage prétextant un super-entraînement-de haut-niveau mais qui caillent pour courir 5 minutes.
Quand Myriam veut nous encourager à bouger elle lance des « A-l-lez » dynamiques.
On fait l’échauffement, allez « ony-va »- Les bras- à la vertica-le « on fait le moulin », On met les bras commm-e ça et les jambes commm-e ça. On met la jammm-be gauche-e- là et le bras droit comm-e – c’est biaing.
C’est bon , je pense que vous êtt’te bon.

Les élèves de la SEGPA de Sainte-Marie accompagnés par leur professeur s’échauffent comme des pros puis font du kayak. C’est eux, les petits cannibales qui partiront les premiers.

La 2ème pirogue des Grands cannibales- est pilotée par Rony
, armé de ses pagaies de compétition il veut faire l’entraînement des Grands Cannibales, ceux qui ont les crocs acérés, les Mecs-, les Pros, -les Entraînés. Il laisse sans façons l’entraînement des manicous. Il faut kon avance !

On fait sortir la pirogue, mon bras droit endolori, je laisse cela pour les autres. Au diable l’avarice.
J’aide moralement en admirant les muscles de ces messieurs.
C’est un travail délicat et qui demande beaucoup de concentration.
On y va. Au début ça cafouille, alors on décide de mettre les anthropophages à l’avant et les apprentis à l’arrière. ça marche la pirogue file.
L’entraînement se poursuit jusqu’à Fort-de-France. Entre temps le vent s’est levé et la baie a une houle longue que l’on reçoit de face. ça swingue. On fait son stock de sel pour le repas du midi . Pas besoin d’en demander à Madame Tanby ( ?) vérifier orthographe- Daniel ( ?) nous lâche sa pagaie pour nous rendre le service d’écoper.
Au retour, on fait des montées en puissance. La pirogue file.
On rentre la pirogue. Je me contente d’aller sur ordre de Marcel effectuer la mission de la plus haute importance : aller chercher des rondins de plastique mais pas-plus-que-deux, car Marcel veut protéger ma monture. Qui veut aller loin (juste en Dominique) protège son écriture (sinon t’a rien).

Au retour, je laisse les autres tirer le monstre sur la plage.

Patrick mène les exercices d’étirement.
Il nous demande si nous avons téléchargé le fichier d’entraînement sur internet. Plusieurs personnes ont eu du mal à l’ouvrir.

Félix Vert-Pré est présent. Pour un aveugle , il nous donne une sacré leçon de dynamisme. Il participe à tout : échauffement, sortie du kanawa. Félix vert-Pré est un ancien boxeur qui a eu un accident lors d’un match. Il a fondé à son retour à la Martinique l’association « agir sans voir ». Et il ne se contente pas de théorie !

Madame Tanby nous accueille avec un super repas.
On prend ça à l’amérindienne avec couis et piment.
On profite pour échanger un peu. Je reçois avec plaisir tous les compliments sans discrimination. On critique, on projette, on rêve de nos exploits. On fera… On ira… On sera… Et on retourne chez soi en ayant l’impression d’avoir vécu un trou dans l’espace- temps.
Merci Marcel- Merci Thierry-Merci Benoît -d’avoir eu cette géniale idée de mener le projet
ioumoulikou.
Marie-Line Boulogne

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :